Compte-rendu de procès, l’État contre les GJ.

Compte-rendu subjectif de la comparution immédiate d’un gilet jaune le 28/01 à Bordeaux.

M. a été interpellé place André Meunier en début de soirée le samedi 26 janvier pour dissimulation du visage et violence sur personnes dépositaires de l’ordre public sans entraîner d’ITT.

Salle pleine, un classe de terminale est venue assister aux comparutions immédiates du jour, quelques étudiant.es en droit et la brochette habituelle des retraité.es.

Un jeune gars, blanc et cheveux châtains entre dans le box de l’accusé, cage en verre blindé, il était donc en détention depuis samedi. La trentaine, l’air fatigué mais pas impressionné. M est en CDI depuis deux ans.

En gros, il est accusé d’être le responsable de jets de boulons sur les boucliers des policiers de la Bac mais sans avoir été vu en train de tirer.

Il a été interpellé plus tard sans opposer de résistance. Dans son sac, une fronde et une trentaine de boulons.

Un étrange échange commence entre l’avocat des quatre condés, la procureure et la présidente de séance : les flics veulent garder leur anonymat même aux yeux du tribunal et être désignés sous les pseudos de « Rio 101, Rio 102, Rio 103 et Rio 115 » en tant que témoins anonymes. Analyse de la recevabilité de la demande par la proc’.

La présidente de séance reprend et interroge M. : celui-ci maintient qu’on lui a donné cette fronde et ces boulons rue St Rémi, il dit avoir été intégralement fouillé pont St Pierre en arrivant sur Bordeaux. Il demande une confrontation avec les quatre policiers de la Bac. La juge lui dit que dans ce cas-là il s’agit d’un report, M. veut manifestement en finir, il dit vouloir être jugé de suite. Comparution immédiate donc.

La juge reprend (en se plaignant d’un rhume et voulant manifestement expédier cette histoire pour rentrer boire une tisane chez elle.) Elle annonce que M. avait le visage dissimulé, M. conteste. Elle montre la photo que l’inspecteur a pris de lui en garde-à-vue, masqué.

M répond : « L’inspecteur m’a dit de me masquer et m’a ensuite pris en photo. Au moment de l’interpellation je n’étais pas masqué, vous pouvez regarder la vidéosurveillance des rues. » Ou celles équipées sur les LBD40…

La juge reprend et énonce son casier judiciaire : un vol en 2008, une conduite de véhicule non assuré, deux contrôles routiers : un positif au cannabis et un autre à l’alcool. Depuis M a suivi une obligation de soin et ne consomme plus de cannabis.

« Il y a un problème d’alcool manifestement. »

 

L’avocat invoque l’article 3 de la loi 2017-258 sur l’anonymat des flics.

La juge après consultation de la procureure déclare que les flics doivent décliner leurs identités, que l’anonymat est une procédure qui doit être entamée avant l’audience.

S’ensuit une courte tirade comprenant : « les caméras des policiers n’avaient plus de batteries », « les policiers subissent insultes et violence sans en comprendre les causes, ils sont fatigués semaine après semaine » et demande 600 euros d’indemnisation pour chacun (donc 2400 euros).

Procureure : « Il est impossible que des gens distribuent du matériel et des armes dans les manifestations. » La proc’ a une attitude très offensive qui peut surprendre quand on n’est pas habitué.e aux procès, la plaidoirie est plus convaincante que celle de l’avocat des condés. « Les gilets jaunes honnêtes ne sont plus présents à 19h, [ce qui se passe après] je ne sais pas ce que ça signifie socialement. »

Elle demande : 8 mois , 5 mois de sursis, un mandat de dépôt. Une interdiction de se rendre à Bordeaux de 24 mois.

Délibération : Coupable. 8 mois fermes, 5 mois sursis (mise à l’épreuve, pas de mandat de dépôt). Interdit de Bordeaux 24 mois, indemnisation à hauteur de 200 euros / flic.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s